57 articles

Concours d'Eloquence : le lycée représentera le département au niveau académique.

Par Pascal-Jacques VirlogeuxPublié le 08 janv. 2016 à 10:37 ♦ Mis à jour le 08 janv. 2016 à 11:41
Concours d'Eloquence : Sibyline et sa vision du bonheur ont convaincu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le jury et les trois candidats, Melody, Sibyline (au centre) et Thomas./Photo DDM, Marc Salvet

La présélection du concours d'éloquence organisé par la Fondation La Dépêche et le rectorat avait lieu hier à Cahors au lycée Monnerville. Trois candidats brillants et la performance oratoire de Sibyline récompensée.

Le thème choisi pour le septième concours d'éloquence organisé à parité par la Fondation La Dépêche présidée par Marie-France Marchand-Baylet et le rectorat de Toulouse, pourrait être un sujet de dissertation philosophique du Bac. Ce «bonheur, droit et devoirs», thématique en lien avec les Droits de l'homme, ce sont des lycéens âgés de 16 ans, en classe de seconde, qui ont planché dessus tout un trimestre avec leurs professeurs de lettres ou d'histoire et géographie pour aboutir à un texte déclamé par l'un des leurs.

Tout ce travail mené collectivement s'est exprimé hier matin au lycée Gaston-Monnerville à Cahors qui accueillait la présélection du concours d'éloquence. Trois orateurs, Thomas Serbourse de Clément-Marot, Melody Mourlhion du lycée Leo-Ferré de Gourdon et Sibyline Moukarzel de Gaston- Monnerville se sont succédé, micro en main, face à leurs camarades. Un exercice oratoire de 5 minutes, chronométré, scruté par un jury qui était composé de Michèle Doerflinger, inspectrice de l'Éducation nationale en lettre-histoire, de Marie-Christine Roques, Laurence Ciclaire, inspectrices pédagogiques régionales, d'Isabelle Sabatié assistante coordinatrice de la Fondation La Dépêche et de Jean-Michel Fabre, adjoint au rédacteur départemental de La Dépêche dans le Lot.

Thomas a été le premier à se lancer. Pas facile d'ouvrir le chemin mais le candidat et sa classe avaient travaillé leur sujet avec les enseignants et cela se sentait dans l'analyse.

Melody a exploré un tout autre registre, jouant l'inattendu en se projetant un certain 7 janvier 2050, variant les styles en introduisant un refrain chanté de la lettre de Boris Vian, multipliant les citations, parlant du bonheur avec gravité et poésie.

Vision plus politique du bonheur pour Sibyline, qui dénoncera «l'argent roi», la futilité matérielle autour des objets, des marques, revenant à l'essentiel, aux valeurs de partage, de tolérance. «Le bonheur, certains croient pouvoir le voler le tuer». Sibyline comme ses deux camarades évoquera les attentats mais de manière sobre.

Son ton, sa façon de s'exprimer avec du bonheur dans les yeux ont convaincu le jury. Mais sans trahir le secret des délibérations, les cinq jurés ont longuement débattu, argumenté avant de se décider. Preuve de la qualité et du sérieux des trois candidats lotois.

Les premiers mots de la gagnante

Sibyline sait que le 21 janvier, lors de la finale qui se déroulera à l'université de Toulouse 1 Capitole, le challenge sera encore plus difficile à relever. La jeune Cadurcienne devra s'exprimer devant un amphithéâtre où auront pris place 400 personnes. Sous les yeux d'un jury et d'un parrain prestigieux, cette année, l'homme d'affaires et dirigeant du Groupe Altrad, Mohed Altrad, elle devra comme les neuf autres finalistes réussir son argumentation orale. Sibyline est déjà dans l'exercice : «Je vais encore beaucoup travailler, lire et relire le texte. Je chante sur scène, cela m'aide pour la respiration et la gestion du stress. Ma sélection, je la dois à tout le groupe».

La Depêche du 8 janvier 2016 J.-M. F.

 

Téléthon

Par Pascal-Jacques VirlogeuxPublié le 08 janv. 2016 à 11:40

 

Suite à la rencontre avec une chercheuse de Toulouse, début décembre, les élèves de terminale scientifique ont été sensibilisés au problème que rencontre la recherche et ont voulu participer à l’action de l’AFM Téléthon.

Pendant deux semaines, ils ont vendu des gâteaux réalisés par leurs camarades au foyer du lycée. Le foyer socio-éducatif a voulu se joindre à cette initiative et leur a donné tout les bénéfices de leurs ventes. Ainsi, le bilan de leur action se traduit par la remise d’un chèque de 363.67€ à l’AFM Téléthon.

Cette action citoyenne montre que les jeunes continuent aujourd’hui à se mobiliser pour des causes auxquelles ils croient.

Exercice PPMS : Plan Particulier de Mise en Sûreté

Par Pascal-Jacques VirlogeuxPublié le 05 janv. 2016 à 14:25 ♦ Mis à jour le 05 janv. 2016 à 14:27

En fichiers joints à l'attention des parents et des élèves, les informations relatives au PPMS : Plan Particulier de Mise en Sûreté

Dans le cadre de la prévention des risques majeurs un exercice de confinement aura lieu le jeudi 14 janvier à 14h, avec l’hypothèse d’une explosion se produisant à environ 600 mètres de l’établissement, qui entraîne le dégagement de fumées toxiques et qui exige en conséquence le confinement.

Lors de cet exercice, chacun doit appliquer à la lettre les consignes données, conditions d‘efficacité si un accident majeur se produit. Je vous demande également d’être particulièrement vigilant à ce que les élèves approchent l’exercice dans un esprit de confiance et de coopération. Les consignes fondamentales sont  les suivantes :

  • continuer à assurer l'encadrement des élèves ;
  • veiller au bon déroulement de l'opération de regroupement ;
  • penser aux publics spécifiques : élèves et personnels présentant un handicap ou des difficultés particulières ...
  • établir la liste des absents ;
  • signaler les incidents ;
  • gérer l'attente.

L’exercice durera environ 45 minutes et la fin de l’alerte sera signalée par la sirène.

 Chaque zone de confinement est placée sous la responsabilité d’un membre du personnel, désignation qui a été réalisée en considérant la présence éventuelle des uns et des autres dans l’établissement.

Un arbre pour le climat

Par Pascal-Jacques VirlogeuxPublié le 17 déc. 2015 à 18:14 ♦ Mis à jour le 17 déc. 2015 à 18:18

L'arbre pour le climat planté dans la cour

Deux jeunes lycéens ont mis en terre un érable cannelle en présence du maire de Cahors et de Geneviève Lagarde du conseil départemental.

En prolongement de la COP 21, l'Éducation nationale encourageait les collèges et lycées à participer à l'opération «Un arbre pour le climat» organisée par la LPO (Ligue de protection des oiseaux) et l'AMF (Association des maires de France).

L'ensemble secondaire de Terre-Rouge, collège Olivier-de-Magny et lycée Gaston- Monnerville, y a répondu favorablement par son proviseur Pascal-Jacques Virlogeux, relayé par les deux conseils de vie, représentant les collégiens et lycéens.

Ainsi, mardi 15 décembre, un érable-cannelle, dénommé ainsi en référence à la couleur et à l'exfoliation de son écorce, a été enraciné à l'angle de la cour du collège. Auparavant, Pablo Lacombe, élève de seconde générale, a livré un discours bien senti, débutant par une phrase de Jacques Chirac prononcée au sommet de Johannesburg sur le développement durable, en 2002 : «Notre maison brûle, mais nous regardons ailleurs». Dans sa réponse, le maire de Cahors a convenu que «la lutte contre les égoïsmes et la satisfaction des besoins primaires représentaient un défi important mais que chacun, dans sa démarche individuelle, devait préserver le monde pour les générations futures» ; et de citer des exemples tirés des réalisations cadurciennes. Pour sa part, Geneviève Lagarde du Conseil départemental, a adopté un ton solennel pour louer «au travers de l'arbre, source de vie, l'expression collective d'un acte fort de citoyenneté et de laïcité».

La Dépêche du Midi Jeudi 17 décembre 2015

Discours de Pablo Lacombe en pièce-jointe

Compte rendu des conseils de classe

Par Pascal-Jacques VirlogeuxPublié le 11 déc. 2015 à 17:38

Ces CR rédigés par les parents d'élèves présents à certains conseils de classe sont disponibles dans la rubrique des classes concernées.

<< Première page < Page précédente Page 11 / 12 Page suivante > Dernière page >>

haut de page